Lille flottante

Temps de lecture: 3 min

Derrière le jeu de mots, avis aux gourmands, si vous suivez notre parcours gustatif dans la capitale flamande, vous risquez une petite bouée.

Des estaminets à volonté

Les estaminets sont au cœur de la capitale des Flandres. Ils sont typiques du Nord de la France et de la Belgique et font penser aux pub anglais où on peut se descendre une mousse. A l’origine de simple bars, ils ont évolué et servent aujourd’hui des plats typiques de la cuisine flamande comme la carbonnade, le poulet au Maroilles ou le Potchevleesh de Dunkerque. Leur décoration est chargée et chaleureuse: vieille vaisselle et cadres anciens, houblon séchés au plafond ou murs de briques rouge. Un bon exemple est L’Estaminet au vieux de la vieille qui, s’il n’a ouvert qu’en 2003, nous fait pourtant replonger dans le décor des estaminets du Nord du début du 20e siècle. Le Porthos, au 53 rue de la Monnaie, est plus moderne mais propose une cuisine flamande et de délicieuses croquettes de crevettes maison, définitivement notre met favori. Enfin, la décoration du Barbue d’Anvers vaut à elle seule le détour! Pour les végétariens, les lasagnes de légumes sont aussi délicieuses. Et pour les amateurs de bières de Belgique ou du Nord, vous aurez l’embarras du choix. Et si vous n’êtes pas encore las de la cuisine flamande, vous trouverez encore une ribambelle d’estaminets dans la rue de Gand. (En parlant de Gand, pourquoi ne pas relire notre article complet qui y était dédié?)


Un détour sur le chemin

Si vous vous sentez un peu lourd après toute cette friture, prenez le chemin vers Le Compostelle. Le nom n’est pas anodin et se retrouve dans l’histoire des lieux. C’est en effet l’un des rares bâtiments lillois qui représente la légèreté du style français et qui détone avec l’architecture flamande environnante. L’hôtel de Beaurepaire qui accueille le restaurant fut construit en 1572, sur les ruines d’une maison des Templiers. Il servait de repère pour les pèlerins du chemin de Compostelle, d’où le clin d’œil. Le menu est essentiellement français et la formule est une vraie aubaine, entre l’entrée, le dessert , le cocktail et le verre de vin pour seulement 30 euros! L’atmosphère du lieu est cosy et accueillant et la créativité est de mise dans les plats. On retrouve une attention au détail dans le choix des ingrédients comme le chou romanesco avec son apparence si graphique. L’inspiration flamande revient par touche comme le maroilles qui s’invite dans le velouté.

Touche sucrée

On déroge à la règle pour cette fois proposer deux incontournables de Lille. Il y a évidemment le Merveilleux de Fred, cette délicieuse pâtisserie qui a commencé sa vie à Lille dans la rue de la Monnaie. Elle a ensuite migré à Bruges, Gand, Paris, Londres ou même New-York. Et il y a la fameuse gaufre de Méert, à déguster avec du thé. (Tiens, si vous l’aviez manqué, notre article sur l’afternoon tea.)

On arrête avant l’indigestion et on se repose à l’écoute de

+ Musique: Jim White – jail bird + 

Merci à David Penn pour ses photos (son site)

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s